La musique dominicaine 

La musique dominicaine est le résultat d'un ensemble d'influences. Les anciens areitos et les taïnos se sont transmis leur culture, de génération en génération. 

Avec le temps de la conquête et différentes circonstances historiques, sont arrivées sur l'île de Saint-Domingue, des modalités musicales aussi diverses que la contredanse française, les barcarolles italiennes et tant d'autres, qui ont été perçues et assimilées par la culture dominicaine à travers la riche musicalité africaine. 

Le sens de la fête est l'une des caractéristiques principales de la culture dominicaine. Comme le rappelle le site guitare.org, la musique traditionnelle à base de guitare acoustique est une spécialité dominicaine, avec une demi-douzaine de guitaristes de renommée internationale. La musique rock moderne est quand à elle de plus en plus présente dans les soirées privées et les bars de Saint-Domingue, et particulièrement appréciée par les jeunes générations.

 

La musique traditionnelle dominicaine possède des particularités régionales. Par exemple, les zones du Cibao et du Sud ont une grande influence espagnole, avec des variantes de zapateado. Dans les zones de canne à sucre de l'Est et à la frontière avec Haïti, l'influence africaine prédomine d'une manière marquée, avec les danses rituelles et les toques de palo. 

Dans d'autres endroits où l'élément hispanique et africain se sont fondus, se manifestent les expressions rythmiques des noyaux urbains comme la musique créole, le merengue, le boléro et la bachata.